Tsuki no usagi

月を傘
にきて遊ばばや
旅の空

Avec pour seul chapeau la lune,
je voudrais tant partir !
Ciel du voyage.

Haïku, Tagami Kikucha (1753 – 1852)


Lors d’une nuit d’insomnie, en Janvier 2018, ce Haïku, cher à mon coeur, s’est rappelé à mon bon souvenir. De nouveau, s’est dessiné dans mon esprit ce besoin d’évasion : « Je veux partir avec mon sac à dos faire un tour du monde ! ».

J’ai alors ressenti ce besoin viscéral de tout quitter, de tout plaquer, de prendre mon sac à dos et de me casser. C’était si intense, que j’en ai manqué d’air, comme les larmes me montaient aux yeux, tandis qu’une petite voix lancinante me rappelait à l’ordre en me disant : « Redescend sur terre, c’est impossible ! »

Mais la sensation était si forte qu’en pleine nuit, je me suis assise en tailleur sur le coin de mon lit, j’ai allumé mon ordi et j’ai tapé « Faire un Tour du Monde » dans google. Et là, s’est égrainée l’idée la plus folle et la plus téméraire que j’ai jamais eue car je me suis rendue compte, qu’aujourd’hui, faire un tour du monde, c’est possible.

C’est là que tout a commencé.