Résumé des épisodes précédents :

« Comme je ne pouvais pas juste me contenter de venir en Irlande, et de ne faire que quelques lieux, j’ai décidé de « Tout » voir, ou du moins, de voir un maximum de choses et pour cela, quoi de mieux qu’un Roadtrip !  »

Jour 1 à 5
Jour 6 à 10

Jour 11

Killarney

Killarney, la ville m’a paru très sympathique, vivante, avec un centre ville tout mignon, avec ses devantures colorées, ses pubs Irlandais, son parc immense dans lequel se cachent des lutins raffolant de champignons, et la première chose plutôt imposante que j’ai vue en arrivant dans cette ville : son imposante église : St Mary’s Cathedral.

Photographie : L3tty – St Mary’s Cathedral

C’est marrant, en Irlande, il y a toujours plusieurs églises dans une même ville, ou un même village et elle ont toutes des formes très différentes. Je suppose que ce doit être dû aux pratiques différentes de la religion chrétienne, mais je n’en suis pas sûre. Je vais mener mon enquête.

La ville de Killarney a la particularité de se trouver à la lisière du Parc naturel de Killarney, avec ses lacs, ses forêts et ses montagnes. Les paysages alentours sont très beaux et il y a de quoi faire dans la région !

Torc Waterfall

Au cœur du parc de Killarney se trouve la Cascade de Torc, accessible par plusieurs circuits de randonnées.
Comme j’ai fais la sieste l’après-midi, je n’ai fait que la petite randonnée (en jaune sur le plan), de 35 à 40 minutes. (plutôt 40 minutes d’ailleurs)

La balade en forêt était plutôt chouette et j’ai été impressionnée par cette couleur verte pétante qu’on retrouve partout en Irlande. Ce vert des prairies, des arbres et des forêts me semble très différent de ce que l’on peut voir en France. Sans doute cela est-ce dû à la lumière qui règne ici ?

Les photos ne sont pas retouchées, les couleurs sont telles quelles !

Photographie : L3tty – Parc National de Killarney
Photographie : L3tty – Parc National de Killarney

Un phénomène très étonnant que j’ai remarqué à plusieurs endroits : Il y a toujours beaucoup de touristes aux points de vue remarquables (cascades, falaises, etc…) dont l’accès est facilité la plupart du temps (j’ai découvert après coup, qu’un chemin menait directement à la cascade depuis un autre parking) et bizarrement, j’en croise nettement moins sur les sentiers de randonnées…

Même si elle n’est pas très impressionnante (pour une Grenobloise), Torc Watterfall est une belle petite cascade, qui coule dans une forêt magique où l’on s’attend à croiser le chemin de créatures de contes. (je te jure, je n’ai pas suivi le lutin du parc !)

Photographie : L3tty – Torc Waterfall
Photographie : L3tty – Torc Waterfall

Jour 12

Péninsule de Dingle

Péninsule de Dingle

Je suis partie un peu tard pour faire le tour de la péninsule de Dingle, mais j’ai parcouru pas loin de 250 km et les paysages n’en étaient pas moins époustouflants !

Photographie : L3tty – Péninsule de Dingle
Photographie : L3tty – Ville de Dingle
Photographie : L3tty – Connor pass

Comme j’ai aperçu la mer, du haut de la montagne et que je m’en suis rapprochée en descendant, j’ai décidé de faire un crochet pour aller la voir de plus près, et je suis tombée sur une plage de sable fin !

Photographie : L3tty – Catelgregory Beach

Qui dit plage, dit « patauger dans l’eau » !
L’histoire ne le mentionne pas, mais suite à ces ablutions, L3tty a perdu ses deux pieds qui se sont transformés en glaçons.

Coucher de soleil à Cappagh

Encore une fois, je fais la course avec le soleil, mais c’est pour essayer de le capturer cette fois-ci.
La maison où j’ai logé pour la nuit est située au milieu de nulle part ou presque, et c’est heureux, car j’avais une super vue depuis la fenêtre de ma chambre !

Photographie : L3tty – Coucher de soleil à Cappagh

Jour 13

Galway

Comme je suis le genre de personne qui aime bien explorer en profondeur chaque pays que je visite, après l’hôpital de Kyoto, j’ai testé pour vous, le dentiste en Irlande !
En étant en plus phobique du dentiste… oh yeah!

(Un grand merci à mon pote JB et à son réseau d’amis Irlandais qui m’ont été d’une aide précieuse sur ce coup là ! Je vous aime les gars ! <3)

C’était une approche touristique originale de Galway !
Autant te dire qu’avec une rage de dent, je n’ai pas fait grand chose de ma journée, hormis errer dans les rues, écouter les groupes de musique itinérants, manger des spécialités locales.

Ici, il fait – 8000°, mais tout le monde mange des glaces tout le temps.

Caramel, Butterscotch, Baileys

Globalement, Galway m’est apparue comme une ville très chaleureuse et vivante.
Et puis, je pas totalement perdu ma journée puisque j’ai rencontré une française avec qui j’ai pu (enfin!) découvrir la musique Irlandaise dans un Irish pub: le Tig Coili sans bière hélas, antibiotiques oblige..

Pub Tig Coili – Irish Music

Jour 14

Kilmacdugah monastery

C’est en faisant route vers les falaises du Moher que j’ai aperçu une tour. J’ai fait un crochet pour voir de plus près de quoi il s’agissait et je suis tombée sur les ruines de ce monastère du 7ème siècle.

The cliffs of Moher

C’est sans doute l’un des plus beaux endroits que j’ai vu en Irlande ! Victime de son succès, le célèbre spot des falaises du Moher était plein de touristes, malgré le temps gris et la pluie.

Elles s’élèvent à 214 mètres à leur point culminant et dominent l’océan Atlantique sur une distance de 8 km le long du littoral ouest du comté de Clare.

Photography : L3tty – Cliffs of Moher

Cependant, il m’a suffit de prendre le sentier qui monte, et d’aller au delà du chemin balisé, pour que le peuple se raréfie et trouver le calme.
Au fur-et-à-mesure que la foule se dissipe et que je m’approche de la pointe de la falaise qui s’étend sur plusieurs kilomètres, le soleil fait son apparition, timidement d’abord, avant que le vent ne chasse tous les nuages. J’ai eu la chance d’observer les falaises par temps couvert et par temps dégagé : deux ambiances complètement différentes. C’était magique !

Photographie : L3tty – Cliffs of Moher

Une fois l’affluence des touristes passée, c’est un endroit incroyable ! J’ai pris le temps de m’assoir au bord de la falaise pour observer la faune, la flore, les mouettes se prendre le bec sur une corniche, le ressac des vagues léchant les pieds de cette géante et majestueuse falaise… Tout cela avait quelque chose d’apaisant.

Photographie : L3tty – Cliffs of Moher

Un peu d’histoire : A la pointe des falaises, à Hag’s Head, s’élevait autrefois un fort en ruines « Mothar » d’où elles tirent leur nom. Le fort a été détruit pendant les guerres napoléoniennes.

Derrière Hag’s Head, un sentier descendait, jusqu’à une avancée en contrebas sur la mer.

Photographie : L3tty – Cliffs of Moher
Photographie : L3tty – Cliffs of Moher

La formation des falaises : C’était il y a 320 millions d’années, à l’embouchure d’une grande rivière. Le climat était alors plus chaud et la rivière charriait de la boue et du sable qui se sont accumulés pour former les couches rocheuses des falaises du Moher.

Photographie : L3tty – Cliffs of Moher
Photographie : L3tty – Cliffs of Moher
Photographie : L3tty – Cliffs of Moher

Jour 15

En route pour 120 km dans le Connemara !

Laaaaa baaaas, au Connemaraaaa!

Je suis arrivée devant le Fjord de Killary Harbourg et le paysage m’a déjà scotchée.
Je n’avais encore rien vu.

Photographie : L3tty – Fjord de Killary Harbourg

Un peu d’histoire : 20 000 ans plus tôt, le Fjord de Killary Harbour était complètement gelé et l’on pouvait aller jusqu’en Norvège à pied sur le glacier.

Photograpbie : L3tty – Connemara

A partir de là, j’ai dû m’arrêter très souvent pour observer la vue magnifique des montagnes, tantôt vertes, tantôt brunes (les terres brûlées de Michel ?), les lacs, les moutons qui se baladent librement ici et qu’on croise très souvent sur la route !

Photographie : L3tty
Photographie : L3tty

Parc national du Connemara

J’ai commencé mon petit tour du Connemara par le parc national qui fait plus de 2000 hectares et qui propose circuits de randonnées, un court, un moyen et un long. J’ai décidé de faire le long : une randonnée de 3h, réservée aux « bons marcheurs » selon le visitor center, qui permets d’atteindre le sommet de Diamond Hill, à 445 mètres d’altitude.
Je ne l’ai pas trouvée particulièrement difficile. C’est juste que la montée était un peu plus raide à flanc de montagne.

Photographie : L3tty – Parc national du Connemara

Le chemin monte déjà à l’entrée du parc, devant des landes peuplées de moutons et de poneys.

Le sentier est plus que balisé au départ, et ce petit sentier en bois, traversant ce vallon marécageux donne un côté idyllique à l’endroit.
C’est en direction du sommet de cette montagne que je mets le cap.

Photographie : L3tty – Parc national du Connemara

Le ciel se dégage et le vent se lève au fur et à mesure de mon ascenssion et la vue devient plus qu’imprenable. Les lacs se confondent avec la mer vu d’ici, la vue est à couper le souffle !

Photographie : L3tty – Parc national du Connemara

Le panorama est incroyable, avec d’un côté une immense forêt au creux des montagnes, bordée au fond par un lac…

Photographie : L3tty – Parc national du Connemara

… de l’autre, un autre lac immense qui silionne une autre vallée.

Photographie : L3tty – Parc national du Connemara

Je suis restée un moment au sommet de cette montagne, avec une vue à 360° assez incroyable ! Il y avait tellement à voir que je ne savais plus où donner de la tête.

Photographie : L3tty – Parc national du Connemara

En résumé, le Connemara, c’est du super lourd !
C’est un lieu à ne pas manquer si tu voyages un jour en Irlande et que tu aimes les moutons, voir des panoramas magnifiques et en prendre plein la vue.

A suivre…
(bah oui, parce que quand il y en a plus, il y en a encore :P)