Photographie : L3tty – Le monde perdu

Mon voyage jusqu’au Guatemala fut assez épique. Je ne sais pas si c’est dû à la compagnie Interjet, ou à l’aéroport de Mexico par lequel j’ai transité, qui est assez bordélique, n’ayons pas peur des mots, mais j’ai raté ma correspondance pour le Guatemala à l’aller, et au retour, mon vol avait encore un heure de retard ! Holé !

Mais sinon, le Guatemala, c’était bien ?

Énorme ! J’ai envie de dire !
C’est pour l’instant, l’endroit de mon voyage où j’ai le plus tripé et pour cause, j’ai approché un volcan en éruption ! (Le récit de ma périlleuse ascension de l’Acatenango ici)

Photographie : L3tty – Volcan Fuego

Ciudad de Guatemala

Il s’agit de la capitale actuelle du Guatemala et franchement, elle n’a rien à envier à l’ancienne capitale qu’était Antigua, qui est bien plus pittoresque, plus humaine et plus chaleureuse.
J’y ai séjourné pour rendre visite à des amis, mais ce n’est pas un endroit que je recommanderais de visiter sans parler espagnol (ce qui était mon cas) ou sans être accompagnés de locaux.

Beaucoup de choses sont très différentes de chez nous, à commencer par la conduite. Si tu vas là-bas un jour et que tu loues une voiture, bonne chance !
Les gens conduisent n’importe comment, tout se négocie plus ou moins au klaxon et à celui qui a la plus grosse. La police ne sert à rien, si ce n’est à compliquer d’avantage la circulation et les piétons n’ont jamais la priorité. Traverser une route au Guatemala, c’est du sport !
Il y a aussi ce que les locaux appellent le « Traffic », les embouteillages qui ne désengorgent pratiquement jamais.

Autre curiosité qui m’a amusée, je suis arrivée la veille des élections guatémaltèques et il faut savoir que l’alcool est interdit la veille et le jour des élections. Tu ne peux ni en acheter, ni en consommer.

Par contre le ciné, c’est labgrande classe !

J’ai eu la chance de découvrir un concept de cinéma intéressant.
Assise dans un fauteuil aussi confortable qu’un canapé pour lequel on peu relever les pieds, je me serais presque endormie devant X-Men Dark Poenix et son scénario inexistant.
Il y avait un petit bouton sur le côté pour appeler le serveur et on peut commander à manger pendant le film. C’était un truc de ouf !

Tikal

Qui dit Guatemala, dit Mayas, dit Tikal, le monde perdu ! (rien à voir avec celui-là, même si, vu la jungle et le bruit que font certains oiseaux, on aurait pu s’attendre à croiser un dinosaure.)

Et dire que j’ai failli manquer ça à cause de mon loupé d’avion !
Merci Matt pour avoir négocié un plan B ! Les 9h de bus de nuit m’ont permis de me rendre quand-même dans la petite ville de Flores, où j’ai pu faire mon petit tour des ruines Mayas.

Voici à quoi ressemblait la cité Maya à l’origine

Tikal est une cité située en plein cœur de la jungle. On ne peut voir que quelques édifices apparents aujourd’hui, car tous n’ont pas été dégagés, du fait que les fouilles sont relativement onéreuses. Il y aurait plus d’un milliers d’édifices en ruine dans cette jungle de 500 km² !

J’ai eu la chance d’être accompagnée d’un guide local passionné de nature et d’oiseaux, connaissant la jungle sur le bout des doigts, il était vraiment fascinant. C’est le genre de gars à qui t’es fière de dire « Oh regarde, un colibri ! » et il te répond : « oui, c’est une femelle colibri ». Pour rappel, un colibri est un tout petit oiseau qui bat des ailes à une vitesse incroyable et à la distance à laquelle nous étions, j’étais assez scotchée par sa réponse. Il m’a ensuite expliqué que c’était sa couleur qui lui permettait de le savoir. N’empêche, que sur le moment, c’était vachement impressionnant ! (oui, je m’émerveille facilement de tout. Ça a beaucoup amusé le guide d’ailleurs, si bien qu’on à  dû faire autant de haltes pour observer la faune locale que les ruines anciennes).

Le Ceiba, l’arbre sacré des Mayas

La jungle regorge de nombreuses espèces d’animaux, d’oiseaux et d’insectes, mais aussi de plantes et d’arbres qu’on ne trouve qu’ici, comme par exemple, l’arbre sacré des Mayas : le Ceiba. On se sent ridiculement petit à côté…

Je n’ai malheureusement pas retenu les noms de ces deux-là. Si quelqu’un sait, je prend !

Et bien sûr, j’ai escaladé chaque pyramide qu’il m’a été possible d’escalader.
Et voici l’un des plus gros Temple Maya du site, aussi appelé temple du Grand Jaguar ou Temple I. Jasaw Chan K’awiil I, un des souverain maya est enterré ici.
Le temple aurait été construit entre 682 – 734 après JC. Il fait 47 mètres de haut.

Photographie L3tty : Ruines de Tikal, Temple I

Le Temple II, aussi connu sous le nom de Temple du Masque (parce que le haut du temple ressemble à un masque), est un des temples les mieux restaurés de Tikal. 38 mètres de haut, il fut aussi construit par Jasaw Chan K’awiil I en l’honneur de sa femme, Kalajuun Une’ Mo’.

Photographie L3tty : Ruines de Tikal, Temple II

Et je me suis encore sentie toute petite devant cette jungle immense qui s’étend à perte de vue. C’était magique ! 

Photographie L3tty : Ruines de Tikal

Ce que j’ai redécouvert, en venant ici, c’est que les mayas sont les ancêtres des Incas et des Aztèques. C’est l’une des plus anciennes civilisation d’Amérique.
C’est lorsque les cités sont tombées en déclin que les peuples ont migré vers le nord est et ouest pour former les peuples Incas et Aztèques, bien plus tard. Les historiens ont retrouvé des similitudes dans les écritures et l’architecture de Tikal avec des temples Incas.

Les mayas avaient un immense savoir, aussi bien dans l’architecture, les mathématiques, l’astronomie ou encore l’agriculture. Certains des édifices de la cité, étaient réservés aux astronomes, pour leur permettre d’étudier le ciel et de prédire les changements climatiques, ou encore, le moment où planter telle ou telle plante. Mais tout ce savoir s’est perdu dans le temps, lorsqu’ils on déserté leur cité et que la jungle a repris ses droits dessus et a tout ensevelis.

Antigua

Antigua est l’ancienne capitale du Guatemala, et comme dit plus haut, elle est bien plus belle et plus chaleureuse que Cidudad de Guatemala. Elle est entre autre encerclée par les volcans : Agua, Fuego et Acatenango. C’est pour cela que j’y suis venue deux fois.

Photographie : L3tty – Antigua

Il est reposant de déambuler dans les routes pavées d’Antigua, qui est particulièrement peu peuplée le jour de ma visite, à cause des élections. Il semblerait que les gens ne sortent pas la veille des élections au Guatemala. Vue qu’on n’a pas le droit de boire, c’est sans doute moins marrant.

Photographie : L3tty – Antigua – La place de la ville

Un peu d’histoire : Antigua est fondée en 1543 par les colons espagnols. Elle leur doit son architecture baroque.
La ville a été victime de séismes à de nombreuses reprises et c’est à cause du violent séisme de 1773 qu’elle perd son statut de capitale du Guatemala
. La ville ayant été détruite, les espagnols ont décidé de déplacer la capitale ailleurs.

Photographie : L3tty – Arc de Santa Catalina