Photographie : L3tty – Pour rester dans le thème…

Après une semaine de (presque) repos à Paihia, j’ai repris la route pour faire le tour de North Island, pour parcourir 2100 km en tout.

La péninsule de Coromandel

Photographie : L3tty – Hahei

Hot water beach

J’avais initialement prévu de faire le tour de la péninsule, mais mes assistants GPS m’ont judicieusement fait remarquer que si je voulais profiter de Hotwater beach, il fallait que je me renseigne sur les horaires des marrées, car il n’est possible de se baigner dans l’eau chaude qu’à marrée basse. Et la marée basse étant ce jour là entre 11h et 14h, je risquais de la manquer en faisant tout le tour.

Malgré mon changement d’itinéraire, je suis arrivée un peu juste pour profiter de l’eau chaude. La marée était déjà en train de remonter, et en plus il faisait froid et il pleuvait, ce qui ne m’a pas bien donné envie de faire un trou dans le sable pour m’y plonger.

J’ai cependant pu tremper mes pieds dans un trou existant et j’ai été surprise par la température de l’eau, et encore plus par celle du sable sous l’eau, lorsque j’ai enfoui mes pieds dedans. Il était brûlant !

Cathedral Cove

Il paraît qu’une scène de Narnia a été tournée ici. Je l’ai vu il y a longtemps, il ne m’a pas laissé un souvenir mémorable.
En revanche, j’ai beaucoup aimé l’endroit, à marée montante, avec la mer montant progressivement jusque dans l’ouverture. C’était comme se tenir devant un portail ouvert sur un monde magique et merveilleux.

Photographie : L3tty – Cathedral Cove
Photographie : L3tty – Cathedral cove

Matamata

Rien à voir avec Hakuna Matata. (je sais, j’ai déjà fait cette blague. Le comique de répétition, tout ça… Mais je ne m’en lasse pas :P)

267 km vers Rotorua

Marie m’a dit : « Si tu as le temps, passe au i-site de Matamata pour te mettre dans l’ambiance« .
Il faut savoir que les i-sites en Nouvelle-Zélande, ce sont un peu comme des offices du tourisme. On y trouve des plans, des gens pour renseigner sur les attractions touristiques, on peut parfois y acheter des goodies, des cartes postales… etc.

Photographie : L3tty – i-site de Matamata

Autant dire que ce i-site-là, je ne l’ai pas cherché très longtemps…
Et après y avoir fait un saut, la BO de The Lord of The Ring tournait en boucle à nouveau dans ma tête. Je ne sais pas trop pourquoi…

The Shire (La Comté)

N’étant pas une fan inconditionnelle du SDA, je ne pensais pas que visiter Hobbiton me ferait cet effet-là !
Maintenant, j’ai bien sur envie de revoir tous les films et surtout, de lire les bouquins et d’essayer de sortir de la Comté pour une fois ! Même si je dois dire que j’y serais bien restée aujourd’hui.
D’ailleurs, je crois qu’une partie de moi y est encore.
Hein ? quoi ? La collation de 22h26 ?
J’arrive !

J’ai eu la chance d’avoir une guide exceptionnelle (car oui, hélas, tu ne peux entrer chez les Hobbits sans un guide, et la visite dure 2h, donc t’as pas intérêt à traîner), pleine d’humour, qui nous a raconté des tas d’anecdotes intéressantes sur le tournage des films, mais aussi sur le set (le décor), attirant notre attention sur les points de détails de ce dernier.

Photographie : L3tty – Hobbiton

Chaque maison de hobbit est unique et chaque détail compte pour rendre ce lieu… réel et pour lui donner vie, des décorations des maisons, à l’agencement des jardins, du potager (réel), de l’étang, des ateliers d’artisans, aux vêtements qui sèchent…

Photographie : L3tty - Hobbiton, Bilbo Bargain's House
Photographie : L3tty – Hobbiton, Bilbo Bargain’s House

Si tu es fan du Seigneur des Anneaux, je n’ai sans doute pas besoin de te dire à qui appartient ce trou de Hobbit en haut de la colline.

Photographie : L3tty – Hobbiton, Bilbo Bargain’s House, Hobbit’s version

Le set a été construit pour le Seigneur des Anneaux et a été amélioré, modifié et agrandit pour les films du Hobbit

Photographie : L3tty – Hobbiton, Small Hobbit house

Anecdote : Dans le village, on peut trouver des maisons de plusieurs tailles différentes, suivant si elles étaient destinées à être utilisées pour un Hobbit, ou pour un magicien.
Ainsi, la maison est à taille normale lorsqu’il s’agit d’un Hobbit et à taille réduite lorsque Gandalf se tient devant.

Et lorsque Frodo et Gandalf sont ensemble à l’écran, la ruse consistait à jouer sur l’effet de perspective concernant les différences de tailles. Gandalf se tient au premier plan devant la caméra et Frodo marche 3 mètres derrière.

Ma nouvelle maison d’artiste. Je vous fais visiter ?
Photographie : L3tty – Vêtements de hobbits
Photographie : L3tty – Hobbiton, The Green Dragon

La visite se terminait bien évidement à la taverne du Dragon Vert, pour la petite collation de fin.

Photographie : L3tty – Hobbiton

La visite n’aura duré que deux heures, mais elle aura suffit à me transporter toute la journée. J’aurais aimé y rester plus longtemps pour flâner dans le village et pouvoir m’attarder sur plus de détails.

Pour tous les fans, et même pour les moins fans, comme moi, la visite est à faire. C’est une réelle immersion et j’ai été enchantée.
Le retour à la réalité après ça, fut identique à ce que l’on peut ressentir après un GN, pour les rôlistes.

Rotorua

Après mon petit séjour en Terre du Milieu, j’ai eu du mal à redescendre sur terre, comme dit précédemment, et en plus, je n’ai pas eu de bol avec la météo, car il pleuvait des cordes lorsque je suis arrivée à Rotorua et il a plu toute la durée de mon séjour là-bas.
Ce fut d’ailleurs assez frustrant car ce n’était pas une petite pluie de rien du tout. Avec ce genre de pluie, tu restes dehors dix minutes, tu es trempé comme si tu venais de plonger tout habillé dans une piscine.
Ouais, c’était cette pluie là.

Mais comme je ne suis pas venue en Nouvelle-Zélande pour restée cloîtrée à l’hôtel, j’ai quand même tenté quelques sorties.

Government Garden

C’est sous une pluie battante que je me suis aventurée dans le Government Gardens.

Un peu d’histoire : Les Maoris ont donné 50 hectares de leurs terres à la couronne Britanique en 1883, comme contrepartie de l’accord Fenton dans le but d’établir la ville de Rotorua, pour le bénéfice de tout le monde.
Pour honorer ce présent, la réserve a été acquise par le Gouvernement de Nouvelle Zélande qui en a fait un centre de cure thermale.

Effectivement, Rotorua est une ville avec une très forte activité géothermique.

Bien que je fusse détrempée, j’ai continué mon petit tour jusqu’au lac.

Sulfur point

Il n’y avait pas grand chose à voir, à cause de la météo. Mais la première chose qui m’a surprise fut la couleur du lac.

Photographie : L3tty – Sulfur Point, Rororua

L’eau était comme laiteuse, du fait qu’elle est chargée en en hydrogène et qu’elle contient de nombreuses particules de souffre en suspension.

Il y a par ailleurs de nombreux trous dans le sol où l’on peut voir de l’eau en ébullition (ci-contre).

Après ma petite aventure pas très épique, je suis rentrée à l’hôtel pour me sécher, avant de repartir sous la pluie ! Youpi !

Redwoods forest

Comme je l’ai déjà dit dans mon précédent post sur la Nouvelle-Zélande, la nuit ici tombe très tôt; à savoir, à 17h20, grand max, il fait nuit noire.
Comme j’ai attendu que mes affaires sèchent et qu’il s’arrête de pleuvoir, il est 16h lorsque je quitte l’hôtel pour ma petite balade en forêt.
Je pars à pied bien sur, parce que… je ne sais pas, j’ai décrété que ce serait mieux à pied qu’en voiture.
Comme le chemin me semble long, que le GPS m’indique un chemin longeant une route avec beaucoup de circulation, et que je m’aperçois que je peux couper à travers la forêt dans laquelle je compte me rendre, je traverse la route à quatre voies pour m’engouffrer dans la forêt de séquoias.

Photographie : L3tty – Redwoods Forest

Manque de bol, malgré mon raccourci, il fait quand même nuit quand j’arrive au point de départ du trail qu’on m’avait recommandé pour avoir la vue sur la ville et les geysers.

Redwoods est connue pour ses passerelles éclairées la nuit. J’envisage de me rabattre sur ça, jusqu’à ce que je vois le prix. 16€ pour monter sur des passerelles, même en haut de séquoias géants, je trouve ça un peu abusé. Toutefois, ça avait l’air très joli.

Mais comme je n’ai pas fait tout ce chemin pour rien, je vérifie la batterie de mon téléphone, j’allume la lampe torche et je pars dans la forêt, pour trouver ce fameux point de vue, sur la ville.
La première partie du chemin est plutôt amusante. J’ai l’impression de me promener dans la forêt interdite de Harry Potter. Et puis ensuite, ça commence à monter et à se corser. Même pas peur ! Lorsque je suis bien avancée sur le chemin, il se remet à pleuvoir et mon téléphone qui n’aime pas trop la pluie commence à montrer des signes de faiblesses. Mais je suis presque en haut, alors, ce serait idiot de faire demi-tour maintenant, non ?

Mon téléphone s’éteint. Gloups !
Je suis en pleine forêt, sur un chemin escarpé, il fait nuit noire et il pleut des cordes et… il y a plein de petits points lumineux autour de moi. Je n’avais hélas plus rien pour faire des photos. Je me contente de graver cet instant magique dans ma mémoire : des vers luisants.
L’eau ruisselle de toute part, mais je reste plantée là, émerveillée par le spectacle que j’ai failli manquer. J’ai l’impression d’être entourée de fées.

Plus que quelques pas et j’atteins l’endroit supposé du point de vue. Sauf que je n’y vois rien. Je tente désespérément de sécher et de rallumer mon téléphone sous mon kway et hourra ! Il remarche ! Je ne m’attarde pas trop pour la descente qui est assez épique avec la pluie. Et lorsque j’arrive en bas, il cesse de pleuvoir. Et je suis trempée, mais fière de ma connerie.

Wai-o-tapu

Je quitte Rotorua et je me suis prévu un itinéraire sympa avant d’atteindre Taupo, qui est à environ une heure de là. Sauf qu’il pleut toujours. Et pas qu’un peu. Je ne ferais donc qu’un seul stop, celui de Wai-o-tapu.

Je dois avouer que je me suis arrêtée ici parce que plusieurs personnes m’ont recommandé cet endroit, mais je ne savais pas vraiment ce que je venais voir. La surprise fut totale.

Photographie : L3tty – Wai-o-tapu, Kaingaroa forest

Wai-o-tapu est situé dans la région de Taupo, qui est une des régions volcaniques les plus actives du monde.
La zone fait 250km de long sur 30 à 80km de large, selon les endroits. Il y a plusieurs volcans actifs dans la zone : Whakaari, Tongario, Ngaruhoe et Ruapehu, 17 terrains géothermiques majeurs, dont 2 d’entre eux constituent 5% de l’apport en énergie de la Nouvelle-Zélande.
Taupo est un lac immense (voir sur la carte ci-dessus), et il s’avère qu’il est en réalité le cratère d’un immense volcan.

Photographie : L3tty – Wai-O-Tapu
Photographie : L3tty – Wai-O-Tapu

Ce bassin d’eau chaude est appelée « la palette de l’artiste » en raison de ses couleurs changeantes.
La partie orange qui borde la Champagne pool est composée d’arsenic, de souffre, d’argent et d’or.

Photographie : L3tty – Wai-O-Tapu, the champagne pool

Un peu d’histoire : Cette immense bassin d’eau chaude occupe un cratère vieux de 700 ans, formé par une éruption hydrothermique. Le cratère fait 62 mètres de profondeur. La température de l’eau à cette profondeur est de 230°C, contre 74°C à la surface.

Photographie : L3tty – Piscine de souffre

La visite de ce site était vraiment étonnante, haute en couleur et s’est avérée très instructive.
J’ai ensuite fait route vers Taupo, ou une nouvelle aventure m’attendait. Mais cela fera l’objet d’un prochain article 😉

A suivre…